Mylène Barra

Axelle Béguin

Aline Coudrains

Nolwenn Dionisi

Anne Guion

Zeynep Inanç

Magali Saadoun

  • Instagram - Gris Cercle
  • Facebook - Gris Cercle

Beypazari et la vallée des papillons

BEYPAZARI : IFT Découverte, Jour 1 (celui qu'on retient...)

 

La première journée IFT Découverte a été une journée enrichissante culturellement et humainement. Les différentes structures intervenues dans son organisation ont marqué de très bons points et ce fut un début prometteur pour les prochaines expéditions.

.

Vous voulez connaître les ingrédients de ce succès?

 

Un peu d'archéologie...

Cette première sortie à Beypazarı a été un bond dans le passé, sur l’ancienne route de la soie avec tout d'abord la découverte archéologique d’un ancien Hammam.

 

 

Aline Coudrains, membre du bureau de Ankara Accueil Francophone, est archéologue de formation. Elle nous a guidés sur ce site magistralement ayant personnellement a participé aux fouilles qui ont mis à jour ces thermes romains. Elle a même découvert une pièce de monnaie (la seule!) qui a permis de dater cette construction à l'époque de Caracalla. Petits et grands ont été captivés par le récit de cette trouvaille dont elle nous a fait revivre l'émotion. C'était une époque florissante, précise t-elle. Même les petites villes étaient équipées de bains publics!

 

En 2004 déjà, on avait découvert la tête d'une statue du dieu de la médecine, Asklépios pour les Grecs, Esculape pour les Romains, ce qui prouverait l'existence d'une station thermale dont l'eau soufrée soignait probablement les maladies de peau. Aline nous a clairement expliqué le rituel des bains en nous invitant à nous mettre dans la peau d'un Romain qui vient passer un bon moment aux thermes.

Suivons son parcours : Avant d'aller aux bains, il fait de l'exercice physique. Il transpire et c'est le moment de procéder au « décrassage »... Il passe d'abord par le vestiaire et plonge dans le caldarium, le bain le plus chaud. Sa température de 60 degrés est encore plus élevée que celle de l'eau de source qui sort à 58 degrés. On utilise des chaudières à bois et c'est l'une des explications du déboisement de la région. Les pores de la peau sont ouverts et c'est le moment de livrer son corps au masseur : il enduit la peau d'un mélange de soude et d'huile et armé d'un strigile, sorte de racloir,il nettoie vigoureusement notre sportif. Celui-ci passe ensuite dans le tepidarium où il se repose avant de plonger dans le bassin d'eau froide (frigidarium), excellent moyen de tonifier la peau et les muscles.

Ensuite vient le moment de la détente, où il profite des espaces de repos ou de la bibliothèque. Avant de quitter le site pour la partie « nature » du programme, Aline nous guide vers une des sources qui alimentaient les bains : chacun est impatient de tendre la main sous le jet pour éprouver la température de l'eau: 58 degrés, c'est vraiment chaud !

 

 

Une bonne dose de nature :

 

Pendant 2 heures, nous avons marché dans une vallée reculée, Kelebek Vadisi.

Cette vallée porte le nom de vallée des papillons en raison des nombreux papillons qui y naissent chaque année entre le printemps et l’été. Essentiellement composée de tuf ou de calcaire, elle a été entre le 7ème et 8ème siècle après JC un lieu où les moines chrétiens ont vécu en creusant dans la roche pour avoir une habitation fixe qu'on appellera bien plus tard les maisons troglodytes.

 

 

Dans cette gorge, on peut trouver une grande variété d’espèces végétales. Cet endroit est aussi un lieu d’habitation en été pour certains habitants de Beypazari qui quittent leur maison traditionnelle pour se retirer dans la fraîcheur de la vallée. On peut aussi trouver une grande variété d’oiseaux ; des rapaces, certaines espèces d’aigles, et aussi le vautour Égyptien .

 

 

 

 

Un soupçon de gastronomie …puis visite historique et achats à volonté !

 

Après cette promenade au cœur de la nature c'est l'heure d'un partage autour de la belle gastronomie turque dans un restaurant traditionnel : Tarihi Konak ; en guise de digestif, la découverte d’une ancienne maison ottomane et des coutumes traditionnelles dans le musée (Yaşayan Müze) et pour terminer, le plaisir de se balader librement et de faire des achats au cœur du bazar de BEYPAZARI.

 

 

Pour conclure, écoutons Juline :

 

Après une belle journée comme celle-ci, je me suis endormie avec le sentiment d’être riche de l’intérieur. BEYPAZARI est un très beau village, on y découvre la beauté des anciennes maisons ottomanes, les produits locaux y sont excellents et les rencontres vécues durant cette sortie nous rappellent à quel point la vie est faite de tous ces petits bonheurs tout simples.

 

 

 

Rejoignez-nous pour nos prochains voyages IFT Découverte >>

 

 

 

 


 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

À l'affiche

Partir à la découverte de la Géorgie

14/06/2019

1/10
Please reload

Archives
Please reload

Nous suivre
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon